10/07/2009

Leonard Cohen a séduit tout le monde!

J'avais envie de partager avec vous un mail reçu ce vendredi d'une toute jeune auditrice!

"J’ai eu la chance d’assister samedi avec mon meilleur ami Adrien Szecel au concert de Leonard Cohen au Sportpaleis. Etant une fidèle auditrice de Classic21, je me devais de vous faire part de quelques impressions… Ayant écouté le Live in London en boucle pendant plusieurs longues semaines, je m’étais prise à penser – naïve comme je suis – qu’il serait dur de reproduire cette merveille tant il frôlait la perfection… Et pourtant ! Dès les premières notes – une entrée en la matière par les mythiques La La de Dance Me, la réalité m’a giflée en pleine face : il était bien possible de faire mieux, aussi fou puisse cela paraître.

Un Leonoard Cohen en pleine forme du début à la fin d’un concert de plus de 3H, entouré de musiciens et de choristes n’ayant jamais aussi bien mérité leurs titres, des instruments qui vous baladent jusqu’aux horizons des plus délicieuses contrées… What else ?

Ain’t no cure for love, Everybody Knows, Sisters of Mercy, Hallelujah, Who by Fire, Famous Blue Raincoat, Susan, First We Take Manhattan, Take This Waltz, So Long Marianne,…  S’il existe une recette pour combler tous ses fans, je pense bien que Mr. Cohen l’a dénichée (… à quand ses 5 étoiles dans le guide Michelin ?) Laissant la place à ses compagnons pour des chansons entières (Sharon Robinson  et son Boogie Street, ou If It Be Your Will des Webb Sisters) ou pour des solos envoûtants (mandoline, guitare, basse, clavier, instruments à vent,…), Leonard Cohen a même l’option « Humilité » et s’efface le temps de quelques arpèges pour laisser au monde (ou du moins au stade d’Anvers) découvrir le concentré de talent du groupe.

Glissant ça et là des petites allusions à la salle, cette dernière était ravie et l’a chaleureusement fait comprendre.

L’acoustique du Sportpaleis, impeccablement gérée, ainsi que la mise en scène sobre et classe tamisant l’ambiance pour mieux nous emporter ont ponctué ce Live in Antwerpen de façon à l’ajuster sous toutes les coutures.

Tirant son chapeau (qui, depuis le temps, peut être confondu avec sa seconde peau), L. Cohen a sincerely remercié son public et ses musiciens à genoux sur scène, avant le Closing Time et sa vraie sortie bien enrobée. Qui ne vous donne qu’une seule envie : retourner écouter le Live In London dans votre voiture pour patienter à la sortie du parking.

Monsieur Leonard Cohen, tous mes hommages pour ce concert exquis. Si les chapeaux me seyaient aussi bien qu’à vous, vous seriez le premier sur la liste à parvenir à me le faire enlever.

 

Colombine Parthoens, 20 ans (hé oui, Leonard charme même les plus jeunes), étudiante."

12:56 Écrit par Mama dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Coup de chapeau Ton commentaire en mérite un !
Vu LC 3 fois last year, je partage !

Écrit par : Daniel bacrot | 29/05/2010

Les commentaires sont fermés.